L’HOSPITALITE 03
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Dr. Marcel BOMBOKO

Centre Evangélique LA BANNIERE / LA BORNE


Paul se savait engagé dans la course chrétienne et, en athlète accompli, il soutenait son effort sans détour ni regard en arrière, ne pensant qu’au prix final, à la perfection. Dans 2 Timothée 4 : 8, il dit : “Désormais la couronne de justice m’est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement“.
En considérant ce passage de Philippiens 3 : 12-14, deux points feront l’objet de ce partage : 1. Savoir se situer pour bien avancer encore Pour bien avancer encore, il est important de savoir se situer par rapport à Christ. Christ doit être le point de départ.
Pour bien avancer encore, Paul a été saisi, arrêté par Jésus-Christ sur le chemin de Damas. Il était du nombre de ceux qui couraient vers la perdition et il fut saisi par Christ qui le poursuivait. Nul ne saurait saisir Jésus-Christ avant d’avoir été saisi par lui.
Alors chacun devrait se poser ces questions : – Ai-je été saisi par Jésus-Christ ? Où suis-je par rapport à Lui ? à ma vie de prière, de méditation, de témoignage ? au service chrétien ? – Où suis-je par rapport à mon entourage, ma famille, mes collègues de service ? Quelle influence ai-je vis-à-vis de ces gens ? – Quelles sont les dernières bénédictions du Seigneur dans ma vie ? – Bref, quel est mon seuil de satisfaction dans le Seigneur ? Après tout ce que Paul a fait, il dit : « Je ne pense pas l’avoir saisi ». Il exclut l’autosatisfaction. Peut-être certains Philippiens pensaient-ils être déjà arrivés.

La satisfaction tue le progrès

Donc, Paul n’avait pas encore atteint l’objectif. Et l’objectif pour tout enfant de Dieu, c’est l’entière conformité à Christ, l’éternité avec Christ ; c’est chercher à être comme Christ, ressembler à Christ.
2. Avancer encore… Puisque l’objectif n’est pas encore atteint, avance encore…

En courant, il faut moins regarder le chemin qu’on a parcouru, que celui qu’on a à faire

Pour bien avancer et remporter le prix, un athlète doit d’abord s’imposer une discipline (s’entraîner, dormir à temps, manger des légumes et des fruits, poissons, etc.). Il consent des sacrifices pour pouvoir remporter le prix. Il doit ensuite respecter les règles du jeu. Il ne court pas n’importe comment. Il ne gêne pas les autres coureurs, ne sort pas de sa ligne. Alors, pour avancer encore, il y a deux choses à faire : 1°) Oublier ce qui est en arrière Ce qui est en arrière et que le chrétien doit oublier, ce n’est pas seulement le monde et le péché mais aussi pardonner, renoncer à ses fautes, ses misères, ses échecs, ses déceptions, ses manquements mais aussi ses succès, ses privilèges naturels, ses réussites, ses progrès et ses victoires du passé. Il faut éviter la nostalgie. Ne pas vivre dans le passé. Exemple : Mme Lot ne pouvant pas se détacher de Sodome a été transformée en un amas de sel. Mais Paul, l’ancien Pharisien, a regardé comme comme de la boue tout ce qu’il avait accompli par son zèle religieux, … Quand on regarde à toutes ces mauvaises choses, on tombe dans le découragement. C’est l’exemple d’Elie qui était découragé en considérant les mauvaises choses.
Dans Lamentations 3 : 20, Jérémie dit : “Quand je pense à ma détresse et à ma misère, a l’absinthe et au poison ; Quand mon âme s’en souvient, Elle est abattue au dedans de moi“. Puis quand on regarde à toutes les bonnes choses qu’on a réalisées, on tombe dans la suffisance et l’orgueil. On peut facilement détrôner Dieu, on se croit Dieu. Le cas de cet homme qui priait et jeûnait en faisant étalage de tout cela. Dans Luc 18 : 13, la Bible dit : “Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : Ô Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus“. Ex. : Cet homme riche dans Luc 12 : 17-20 où il est écrit “Et il raisonnait en lui-même, disant : Que ferai-je ? car je n’ai pas de place pour serrer ma récolte. Voici, dit-il, ce que je ferai : j’abattrai mes greniers, j’en bâtirai de plus grands, j’y amasserai toute ma récolte et tous mes biens ; et je dirai à mon âme : Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour plusieurs années ; repose-toi, mange, bois, et réjouis-toi. Mais Dieu lui dit : Insensé ! cette nuit même ton âme te sera redemandée ; et ce que tu as préparé, pour qui cela sera-t-il ?2°) Tendre vers ce qui est en avant Le chrétien doit tendre vers ce qui est en avant. Ce qui est en avant désigne les privilèges et les responsabilités de la vie chrétienne, que ce soit dans le service ou le développement personnel du caractère chrétien. Ce qui est en avant désigne aussi notre avenir glorieux, notre devenir en Christ. Ce qui est en avant désigne également ce que Christ nous réserve selon les promesses de Dieu. Enfin, ce qui est en avant, c’est le but suprême, le prix de la vocation céleste de Dieu en Christ, la couronne de gloire.
En conclusion, le coureur ne s’arrête pas à regarder en arrière pour voir quel espace il a déjà parcouru, mais il porte les yeux en avant sur l’espace qui le sépare du but. Se comparant à un sportif dans une épreuve, Paul fait tous ses efforts pour parvenir au but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Alors, avance encore… Ne considère pas ce qui se passe dans ton parcours. Il y a eu certes des échecs, des déceptions, des manquements. Il y a eu aussi des réussites, des progrès, des victoires. Paul dit regarder “tout cela comme une perte à cause de l’excellence de Christ“. Oublions comme Paul les choses qui sont derrière : nos succès dont nous tirerions vanité ; nos échecs, parce que nous en serions découragés. Et tendons vers le but avec effort, car cette course n’est certes pas une promenade. Cela demande la persévérance.
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Vous édifier encore plus
Du même Orateur